----------------------------------------------------------------------------------- Origine du REIKI 
banniere-ghu-JD.jpg page index
Nous sommes le Mardi 22 Aout 2017 - Bonjour ! Il est 9 heure 07. Bienvenue sur mon site. Bonne lecture.

Accès au MENU GÉNÉRAL DU SITE


Le REIKI :

Son origine


Les cinq principes


La mise en route du REIKI


Les positions des mains pour les actions REIKI


Le "DONNER - RECEVOIR"


Les impératifs du REIKI


Le contrat de guérison


Ma pratique MAJ


La méditation REIKI Ancienne





Biographie succinte



Origine du Reiki

À la fin du siècle dernier, le Dr. Mikao Usui, est professeur de théologie chrétienne à l´université Japonaise de Kyoto.


RECTIFICATION HISTORIQUE (mots rayés ci-dessus)

(Petite dans la taille mais CAPITALE et très importante dans la recherche de la Vérité)
Une seule remarque en ce qui concerne le Reiki. Le Dr USUI était un moine bouddhiste. C'est Madame Takata, celle qui a été chargée, par Usui, de faire connaître le REIKI en Occident qui a inventé l'histoire "chrétienne" pour faire passer la "pilule" aux américains. En effet, elle pensait qu'en sortant de la guerre avec le Japon, ils ne s'intéresseraient pas à une technique bouddhiste et de surcroît japonnaise !
Mais madame TAKATA n'est pas à une adaptation près qui puisse lui servir personnellement. Ce n'est pas dans la charte REIKI mais bon, nous sommes sur TERRE, et cela explique bien des choses. Sachons avoir de la compassion et continuons à œuvrer dans l'esprit REIKI tel que nous avons compris qu'il devait être. Nul n'est à l'abri d'un écart de langue.
Et je ne juge pas, surtout lorsque je ne connais ni les tenants ni les aboutissants.

Reprenons le cours de la vie ...

Au cours d'une discussion avec ses élèves, l'un d'eux lui demande s'il met en pratique tous les enseignements de la Bible à la lettre. Ce à quoi le professeur répond par la positive... C'est alors que les étudiants lui rappelèrent les guérisons miraculeuses de Jésus-Christ soulignant l'une de ses paroles :

"Celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais. Il en fera des plus grandes même".

Mikao Usui ne sait que répondre, et selon le code d'honneur japonais un doyen se doit de répondre à toutes les questions de ses élèves. Il démissionne donc et prend la décision d'élucider ce grand mystère.

Ses recherches commencèrent à Chicago, elles se révélèrent infructueuses.

Il retourna donc au Japon dans l'espoir de retrouver des faits nouveaux. Chaque fois qu'il exposait ses préoccupations il reçut la même réponse. De nos jours on s'intéressait d'avantage aux guérisons spirituelles. Mais cette réponse ne lui satisfaisait pas, et il continua encore et encore. Après de nombreux échecs, il se rendit dans un monastère Zen où pour la première fois on l'encouragea à persévérer dans cette voie. Le supérieur convint avec lui qu'il devait être possible de guérir le corps physique comme l'avait fait Bouddha, mais que depuis des siècles la recherche spirituelles avait prévalu. Le prêtre déclarant que ce qui avait été fait avait été accompli à une époque devait pouvoir l'être à une autre, invita Mikao Usui à poursuivre ses recherches. Plein d'espoir, Mikao se plongea donc dans l'études du Soutra en japonais, mais voyant qu'il n'arrivait à rien il se mit à l'étude du chinois en vue d'approfondir tous les textes des soutras existants dans cette langue. Là encore les résultats furent minces, mais il n'en poursuivit pas moins l'étude des soutra tibétains et donc dû apprendre le sanscrit. C'est sans doute peu de temps après qu'il fit un voyage dans le nord du Tibet. Des manuscrits tibétains découverts au siècle dernier relatent les pérégrinations de saint Isa, que plusieurs érudits ont identifié à Jésus-Christ. Personne ne peut affirmer que Mikao ait eu accès à ces documents ou à d'autres relatant des cas de guérison. Mais il apparaît qu'après avoir accompli son étude des soutra tibétains, Usui pensait être en possession de la vérité sur les guérisons du Christ. Il lui restait maintenant à la mettre en pratique. Il rendit donc visite à son ami le prêtre Zen afin qu'il le conseille. Ensemble ils méditèrent sur le sujet et tous deux parvinrent à la conclusion que Usui devrait se rendre sur la montagne sacrée (le mont Kuri Yama), située à environ 27 km de Kyoto, où il pratiquerait le jeûne et la méditation.

Parvenu à l'endroit, face à l'orient il empila les 21 pierres qui devaient lui permettre de mesurer le temps. Parvenu à la veille du 21ème jour de jeûne, c'était la nouvelle lune, Usui chercha, à tâtons, dans l'obscurité, la dernière pierre. Rien d'inhabituel ne s'était jusqu'alors produit, et il continua à prier avec ferveur. Tout à coup, il aperçut dans le ciel le vacillement d'une lumière, il la vit fondre sur lui en grandissant à mesure. Il eu peur et eu envie de fuir, mais se ressaisissant, il parvint à se convaincre que c'était peut être la le signe qu'il attendait. Faisant face à l'imprévu, il reçu la force en plein front et crût être passé dans l'autre monde. Il vit alors des millions de bulles multicolores danser devant ses yeux, elles devinrent bientôt translucides, et il s'aperçut que chacune d'elles renfermait un caractère sanscrit de couleur dorée et en 3 dimensions. Ils lui apparaissaient un à un, ce qui lui permettait de les enregistrer dans sa mémoire. Usui fut envahi d'un sentiment de gratitude. Il fut saisit d'étonnement en reprenant conscience, et impatient de partager son expérience avec son ami il dévala la montagne. Son corps lui sembla plus robuste, chose surprenante après 21 jours de jeûne... C'était le 1er miracle de la journée. Dans sa précipitation il trébucha sur une pierre et se blessa l'orteil. Voulant le masser pour calmer la douleur, il s'aperçut qu'en quelques instant l'épanchement de sang avait cessé et que la blessure se refermait rapidement. Après, d'autres aventures qui lui prouvèrent l'énergie guérissante qui était née en lui, il arriva au monastère où le supérieur souffrait d'une crise de rhumatisme. Mikao se mit à lui raconter son aventure ce faisant il lui imposa les mains sur les parties douloureuses et rapidement la douleur disparut, ce qui stupéfia le prêtre. Usui lui demanda conseil quant à l'utilisation de son nouveau don, et le prêtre l'encouragea à poursuivre sa méditation.

Après mûre réflexion, il décida de se rendre dans le quartier déshérité de Kyoto pour y soigner les mendiants.
Il se mit à l'œuvre dans le but de permettre à ces gens d'acquérir une nouvelle place dans la société.

Mais qu'elle ne fut pas sa surprise quand 7 ans après, poursuivant sa tâche, il reconnut des visages familiers, qui ne se satisfaisaient pas de leur nouvelle vie. Plein de désespoir Usui se demanda quelle était son erreur et il comprit qu'il n'avait pas su communiquer le sens des responsabilités.

L'échange d'énergie lui apparût comme vital.


Tout acte reçut exigeait une contrepartie ...

... sans laquelle la vie était dépourvue de valeur... Les symboles reçus prirent tout leur sens, ceux-ci devaient lui permettre d'harmoniser les individus pour leur permettre d'assumer la responsabilité de leur bien-être. En les aidant à accroître leur énergie, il leur serait possible de franchir un grand pas vers la maîtrise de soi. Quand Mikao Usui eut affiné et perfectionné sa méthode, il forma ensuite de jeunes disciples.

Le Dr. Usui formula les 5 principes du Reiki ( détaillés ici ) peu de temps après avoir quitté les quartiers pauvres de Kyoto :

1. Aujourd'hui tu seras reconnaissant
2. Aujourd'hui tu ne te feras pas de souci
3. Aujourd'hui tu ne te mettras pas en colère
4. Aujourd'hui tu feras ton travail honnêtement
5. Aujourd'hui tu témoigneras amour et respect en vers tout ce qui vit

Il prit conscience à cette époque de certains traits propres à la nature humaine. Il avait à l'origine entrepris d'apporter son secours aux mendiants dans l'espoir de leur fournir une planche de salut et un moyen de se réinsérer dans la société. Mais quand il s'aperçut que plusieurs échouaient dans cette voie, refusant d'assumer les responsabilités quotidiennes de la vie, un certain nombre de déductions s'imposèrent à lui. D'une part, que la participation de l'individu dans le processus de sa propre guérison est essentielle.
D'autre part, qu'aucun changement durable n'est acquis dans la vie si l'individu lui-même n'en éprouve pas le désir intime ou si sa volonté de guérir ne l'incite pas à en faire la démarche.
Enfin, toute tentative d'aide à autrui doit s'accompagner d'un échange d'énergie. Car il avait constaté que la guérison reçue passivement ne faisait que renforcer les schémas négatifs chez nombre d'individus.
En conséquence de quoi il convenait d'exiger une contrepartie de la part du sujet traité pour assurer sa collaboration. (La forme de la contrepartie n'est pas définie. Et sachez que, par expérience, je sais que si vous donnez, vous recevrez ! La conscience universelle, ou la source veille au bon équilibre total. )


SOMMAIRE© ω ® ω LEXIQUE ω DÉCONNEXION ω CSS Valide !

VOTRE DON DU COEUR EST TRÈS APPRÉCIÉ

Si vous appréciez mon site et désirez appuyer mon travail, laissez parler votre coeur.
Cliquez le bouton "faire un don", via PayPal, un compte bancaire ou une carte de crédit bancaire . Voyez les choix qui s'offrent á vous par un simple clic sans engagement.
Merci pour votre élan du cœur.
Paiement simplifié par la solution de paiement en ligne la plus simple et la plus sécurisée : PayPal, vous le saviez !